Comment comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre des banques ?

Oxfam -75011
2 mars 2020 to 2 mars 2020 15h - 18h

La 17ème session du séminaire financement de la transition énergétique, organisée en partenariat avec Oxfam France, se déroulera le 2 mars de 15h à 18h et sera dédiée aux méthodologies de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre associées aux activités de financements et d’investissements des banques françaises.

Comment comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre des banques ?

Intervenants

  • Alain Grandjean (co fondateur de Carbone 4, Président de la Fondation Nicolas Hulot)
  • Clémence Lacharme (consultante chez Carbone 4)
  • Alexandre Poidatz (Oxfam France) et Lorette Philippot (Amis de la Terre)

Le séminaire sera animé par Dominique Plihon (Chaire Energie et Prospérité, Université Paris 13)

Objet du Séminaire

Depuis la signature de l’accord de Paris fin 2015, la mesure des émissions des gaz à effet de serre associées aux activités économiques dans l’industrie fossile, l’agriculture, les transports… est de plus en plus mise en évidence dans le débat public. Derrière ces secteurs émetteurs, les banques jouent un rôle clé en tant que financeur des projets. Plusieurs méthodologies (PCAF, P9XCA, etc.) ont été développées afin d’associer les émissions de gaz à effet de serre imputables aux soutiens financiers des banques.
La comptabilisation carbone des activités financières est un consensus international. C’est par exemple une recommandation de la TFCD (Task force on climate disclosure), un groupe de travail mis en place lors de la COP21 par le Conseil de stabilité financière du G20. La comptabilité des émissions de gaz à effet de serre est aussi aujourd’hui un exercice normalisé. La réglementation carbone française, via l’article 173 de la loi sur la Transition Energétique pour la Croissance Verte, oblige un nombre significatif d’investisseurs à divulguer l’impact carbone de leur portefeuille.
Au-delà de l’aspect réglementaire, la mesure de l’empreinte carbone représente une étape indispensable à la mise en place d’une stratégie climat. La mesure des émissions permet d’identifier non seulement les leviers d’action pour réduire son impact sur le changement climatique, mais aussi les principales opportunités associées à une économie bas-carbone.
Alors que les ONGs accusent les banques françaises de continuer à soutenir des activités très polluantes et d’alimenter la crise climatique, les banques assurent être en pointe sur la transition. D’un côté, les ONGs évaluent l’empreinte carbone des banques comme étant quatre fois supérieures aux émissions de la France en 2018. De l’autre, la Fédération bancaire française conteste cette méthodologie et dénonce des doubles comptages.
Ce constat mérite un examen critique et une présentation des différentes méthodologies de comptage des bilans carbones utilisées par les banques, ONGs ou think-tank spécialistes du sujet. Les intervenants présenteront :

  • Les consensus relatifs à la comptabilisation carbone
  • Une définition du Bilan Carbone pour les entreprises et les banques
  • Une revue comparée des méthodologies existantes : bottom-up (CIA-Carbone 4 et PCAF) et top-down (P9XCA)
  • Une réponse à la question des doubles comptes

Les interventions introductives seront courtes pour laisser une grande place aux questions et au débat avec tous les participants.

Informations pratiques :

Date : lundi 2 mars de 15h à 18h

Lieu : Oxfam France, 62 bis avenue Parmentier, 75011 Paris

> Inscription gratuite ici

> Retrouvez les présentations et comptes rendus des sessions passées du Séminaire sur notre site.

——————–

Le séminaire Financement de la transition énergétique est organisé par Jézabel Couppey-Soubeyran (Université Paris 1), Dominique Plihon (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) et Sandra Rigot (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) chercheurs associés à la Chaire Energie et Prospérité, hébergée par la Fondation du Risque. La Chaire remercie ses mécènes (Ademe, Agence Française du Développement, Caisse des Dépôts, Engie, Renault et SNCF).