Monnaie et finance soutenable pour la transition vers une économie bas carbone

CRE - 75008
18 juin 2018 to 18 juin 2018 13:30 - 17

Cette 12ème session du séminaire Financement de la transition énergétique de la se penchera sur la question du système monétaire et financier. En effet, la mise en place d’un système monétaire et financier soutenable, à l’échelle européenne et internationale, est nécessaire pour assurer la transition vers une économie bas carbone.  Les acteurs privés et publics doivent s’adapter et mettre en œuvre de nouvelles stratégies. De nouveaux instruments monétaires et financiers doivent également être mobilisés pour faire face à ce défi.

Programme
13h30 – Accueil Café

14h-17h – Trois interventions suivies d’un débat avec la salle

  • Dominique Plihon (Université Paris 13) Banques centrales et transition vers une économie bas carbone. La crise financière a amené un changement important de la doctrine et du cadre opérationnel des banques centrales, désormais en charge de la politique monétaire et de la supervision macro-prudentielle. Les banques centrales sont amenées à s’adapter à nouveau face aux défis posés par les dérèglements climatiques en termes de financements et de risques pour le système financier
  • Robert Guttmann (Hofstra University) Finance soutenable et monnaie carbone .
    Dans la mesure où la création de monnaie et de liquidité est nécessaire pour financer les investissements, la finance soutenable doit s’appuyer sur la « monnaie carbone », c’est-à-dire de nouvelles formes de monnaie destinées à promouvoir une économie bas carbone. De premières avancées dans cette direction ont déjà été réalisées, mais il est possible d’envisager un nouveau régime monétaire plus ambitieux pour favoriser la transition vers une économie bas carbone.
  • Michel Aglietta (Cepii) et Estienne Espagne (AFD), Finance soutenable et monnaie internationale, 
Les transitions énergétiques sont prépondérantes dans les transformations économiques.
Le climat comme la monnaie sont des biens communs globaux dont les dégradations ont des effets perturbateurs très inégaux dans et entre les sociétés. Les financements des investissements nécessaires contre le changement climatique sont les plus élevés dans les pays qui disposent le moins de capacités de le faire. Réformer le SMI sur une base multilatérale en faisant du DTS l’actif commun ultime est le moyen d’une solidarité que les transferts budgétaires sont incapables d’assumer.

Organisation : Dominique Plihon (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) et Sandra Rigot (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité)

INFORMATIONS PRATIQUES

Date :  18 juin 2018 de 13h30 (accueil) à 17h00.
Lieu : Commission de régulation de l’énergie – 15, rue Pasquier – 75008 Paris. Auditorium

Inscription gratuite  ici >